Tuesday, 31 January 2012



I update the page: http://www.propheties.it/1568to1599.htm

You can use the direct links below the book's descriptions

to download them.


LES PROPHETIES DE M. MICHEL NOSTRADAMVS. Dont il y en a trois cens qui n'ont encores iamais efté imprimées. Adioustées de nouueau par ledict Autheur.
A LYON, PAR BENOIST RIGAVD. 1568. Auec permiffion.
(2ème partie)
LES PROPHETIES DE M.MICHEL NOSTRADAMVS. Centuries VIII.IX.X. Qui n'ont encores iamais esté imprimées. A LYON, PAR BENOIST RIGAVD.

LES PROPHETIES DE M. MICHEL NOSTRADAMVS. Dont il y en a trois cens qui n'ont encores iamais efté imprimées. Adiouftées de nouueau par ledict Autheur.
(2ème partie)
LES PROPHETIES DE M.MICHEL NOSTRADAMVS. Centuries VIII.IX.X. Qui n'ont encores iamais efté imprimées.
Mario Gregorio's library
(78 X 117 MM)

SEVE 1605
Les Propheties de M.Michel nostradamus, Reveues & corrigees sur la coppe Imprimee a Lyon par Benoist Rigaud. 1568 MDCV
(2ème partie)
LES PROPHETIES DE M.MICHEL NOSTRADAMVS. CENTVRIES VIII.IX.X. Qui n'auoient efté premièrement Imprimées : & font en la mefme édition de 1568
CF. B.Dresden 530.1

SEVE 1605
Les Propheties de M.Michel nostradamus, Reveues & corrigees sur la coppe Imprimee a Lyon par Benoist Rigaud. 1568 MDCV
(2ème partie)
LES PROPHETIES DE M.MICHEL NOSTRADAMVS. CENTVRIES VIII.IX.X. Qui n'auoient efté premièrement Imprimées : & font en la mefme édition de 1568
CF. B.N ye 7363

SEVE 1605
Les Propheties de M.Michel nostradamus, Reveues & corrigees sur la coppe Imprimee a Lyon par Benoist Rigaud. 1568 MDCV
(2ème partie)
LES PROPHETIES DE M.MICHEL NOSTRADAMVS. CENTVRIES VIII.IX.X. Qui n'auoient efté premièrement Imprimées : & font en la mefme édition de 1568
(Different pagination and a repeated X century?)
BENAZRA Pag. 156 CHOMARAT 166 RUZO 62 Mario Gregorio's library

Predictions for 2012 by John Hogue



Predictions for 2012

Is now Available Online

I will be on Coast to Coast AM, this Monday (23 January, at 11 pm (Pacific) for a three-hour prophecy marathon with George Noory as host. We will go over many predictions in my new e-Book concerning this important year 2012 and how it will dramatically impact the climate in politics as well as weather, the economy, seismic activity, and will rock the world of seven billion people and counting.

It is an interesting coincidence that this Sunday History Channel crowded the airwaves with three documentaries in which I figure prominently as a guest. The most important of these is Nostradamus: 2012. In it, you will see a crowd of Twenty-Twelver experts make their pitch that Nostradamus foresaw the winter solstice of 2012, purportedly marking the end of a great cycle of civilization as plotted by pre-Columbian astronomers of the ancient Central American Mayan civilization.

You will see me often talking about Nostradamus in the show, but you will not see me endorse the other expert views that 12-21-12, as plotted by the most accurate calendar ever calculated without computers, marks the end of the world or the end of the world as we have known it and Nostradamus agreed with this finding.

You will hear the talking heads around me hype the “Lost Book of Nostradamus” as grounds for tying Nostradamus to 2012, using as evidence the book’s nebulous watercolor illustrations pointing with the constellation Sagittarius’ bow and arrow at a coal sack in space that marks the galactic center. We are led to imagine that Nostradamus has painted this point and the lineup that will happen between the Sun and Earth with the center of the Milky Way Galaxy just like what was foreseen to happen this coming winter solstice by the Maya.

One thing I aim to do with my prophecies for 2012 e-book is to dispel this nonsense. For one thing, Nostradamus could not draw and many of the watercolors are poorly aped copies of anti-papal, Cathar mystical drawings composed centuries before Nostradamus was born. The book in question is not only “lost” it is falsely attributed to Nostradamus.

In addition, the Mayan “galactic alignment” has already happened, making 2012 not the “end all” year, but certainly another significant stepping stone in times beyond end time on the path of History’s quickening pace.

That exact alignment took place 13 years ago! The Maya may have been good without computers but modern science and calculations made at Jet Propulsion Laboratory have shown the exact galactic line up took place sometime between the winter solstices of 1998 and 1999!

Nostradamus DID NOT write the Lost Book of Nostradamus or draw its altogether vague prophetic watercolors.

Nostradamus NEVER mentioned the year 2012!

What Nostradamus DID write was his prediction that 1999 was the pivotal year when history would begin its apocalyptic inclination towards a new cycle of centuries, a new age.

To be fair, Mayan prophecy of end times told rightly or wrongly has achieved a critical mass of popular attention and for better or worse my new book of prophecies will chronicle that 2012 has become an end time of sorts, because we have imposed significant deadlines upon it.

US President Barack Obama faces a political doomsday. The US government stagnates in a critical mass of political gridlock too. Time is running out in Washington DC to get America’s fiscal house in order before a deficit bomb blows.

US Congress may let the clock run out on protection agencies, health and labor laws shielding citizens from dirty water, food, air. As many as 191 nations across the world wait for 2012 to end with pollution-bated breath. Legally binding targets set by the Kyoto Protocol in 1997 to reduce climate emissions that contribute to global warming will run out.

Gabriel’s Horn may blow, taking down European banks that can no longer postpone the inevitable: to either sustain or shed bankrupt member countries of the Euro Monetary Union. End times are coming to the US-Pakistani alliance with significant consequences for the US-NATO occupation of Afghanistan.

NeoCons are also blowing their horns very hard and loud from the halls of Washington to Jerusalem to propagate a war with Iran over its purported nuclear weapons program, just like they successfully NeoConned America in 2002 to invade and occupy Iraq with little actionable evidence.

A string of critical mass actions make 2012 the year when corporate push comes to citizen shove on the streets of the world. The Arab Spring of 2011 will give birth to an “American Spring” in 2012.

My Oracle in this new e-Book takes you on a journey through the days of this pivotal year, the first real “Oh Shit!” year of the 21st century. It will help you anticipate and understand what is really going down in current events in a year when the mollifying media forces of corporate interests try hard to steer your intelligence away from our quickening history like never before.

2012 is not a year of galactic alignment. It is a year of a great convergence, a collision between the old humanity and it status quo, its dogmas and fossilized traditions of religious and political control pitted against the rise of a new humanity that sees change as an imperative to survive and evolve a better world out of the coming planetary upheaval.

The forces of the past-oriented humanity – the humanity that does not wish to be purified – would like to distract you from responding positively and proactively to the gathering clouds of global warming and general weirdness making undeniable the reality that times now are definitely not normal and you need to do something about making real changes beyond belief.

The source of this mass-hypnotic campaign is an old aristocracy in new clothes, masquerading under new titles. They are the corporate order. They aim to disempower people from bringing about economic and ecological reforms that go against unbridled profit through uncontrolled, unregulated exploitation of Earth’s resources and people.

An unprecedented number of people around the world are now aware of the dangers of global warming, overpopulation, and the latter’s consequence of unsustainable food and water use. Today, hundreds of millions of people are practicing meditation, more than the sum total of all those who meditated in the last 5,000 years. Through such efforts in self-observation, people across the world are becoming aware they must break out of conditioned patterns and sever their ties with those fossilized traditions of the past that will bring on the coming catastrophes.

Predictions for 2012 is part of that spiritual revolution. Read more about it here, click on 2012.


Happy Chinese New Year of the Dragon to you all, both long-time and new readers of this web site. There is quite a flood of new readers pouring in because of my scheduled appearances on Coast to Coast AM with George Noory on Monday night and the Kevin Smith Show on Wednesday evening. I thought it would be a good time to renew for veteran readers and introduce to all you new readers a brief manifesto of what HogueProphecy.com is all about.

Prophecy is an echo of actions engaged in the only time we known in which we are empowered to affect a change in destiny: the eternity of the present – this atomic moment. This little flash of Present is the silent explosion that lights the soul, every moment, dying and being reborn. From awareness of this profound and immediate moment come insights, intelligence and all creative solutions to human and global problems.

I am a scholar and purveyor of prophecy who is anti-prophetic. My interest is in taking you through the potentials of the future to help make you better understand the realities of the present day, which these potentials echo. If those gifted with future sight share with us prophecy that reverberates a dissonance, they are only telling us to change our “tune” in the present to something more harmonious.

Only a humanity that brings its full life force and energy into the present moment can change the dire dissonance of the future reverbing back to us in the potential realm of tomorrow.

Hogueprophecy.com provides a matrix of information where current events and potential converge for examination and understanding. As its creator, I bring to this website not only the scholarship and knowledge of prophets and their techniques from around the world, from all recorded times, I also bring the subjective experience of the prophet from direct experience. One cannot know love by simply studying it empirically. Prophecy, like love, is intimate, subjective – experiential. I strive to find a middle way as a correspondent reporting on the future from a place of meditative awareness poised between intellectual scholarship and existential practice of prophecy.

The idiom I choose to present these findings is in articles posted here at Hogueprophecy once or twice a week, if possible, numbering on average around 150,000 words and 72 to 106 articles each year.


I augment a prodigious output of free information composing and posting e-Books you can download that delve far deeper into prophetic themes. Following the tradition of the 16th-century French seer Nostradamus, these books include releasing an almanac of prophecies for each year and if I can, one other book each year enlarging on an important theme.

I would like to either refresh my current – or introduce to my newest readers – links to pages presenting an overview of three of these prophetic e-books that have only gained more importance and documented accuracy with the passing of time.

1. Nostradamus: The War with Iran

Will there be a military crisis when the navies of the United States and Iran play chicken in the most narrow and crowded oil shipping lanes of the world in 2012?

Nostradamus’ visions are filled with descriptions of fleets being melted and sunk in the “Arabian Gulf” (the name people of his time gave to what we call the oil rich hotbed of the Persian Gulf). He describes the fate of those along the northern coast of the Strait of Hormuz, named outright in his prophecies written over 450 years ago, from where Iranian vessels are based.

One fleet foundering in the Arabian Gulf is that of the “true serpent”. “The Trident” melts the other. Is he trying to describe the “smooth and alien shape” of what he calls in his prophecies an “iron fish” – a future US Trident submarine? Or, is he cryptically describing a trident symbol hidden in the abstract shape of a red rose of the martyr centered in the white stripe of the Iranian Islamic Revolutionary tricolor national flag?

US Navy Jack.

Could the “true serpent” be a 16th-century man’s attempt to explain the US Navy Jack, the flag flown by the US Fifth Fleet on station patrolling the Persian Gulf that displays a rattlesnake over a field of thirteen white and red stripes, under which is written the American Revolutionary motto “Don’t Tread on Me”?

I collected all of Nostradamus’ references to a future war with Iran in early 2007. Given the rising tensions and brinkmanship of US and Iranian navies in the Strait of Hormuz, it might be good to re-examine my interpretations especially as Nostradamus clearly dates the window for a war in those waters which, if it happens will directly impact your lives. To read more, click on Iran.

Who is Mabus, the Third and Final Antichrist foreseen by Nostradamus?

2. Nostradamus and the Antichrist: Code Named MABUS

I wrote an e-Book in the spring and summer of 2008 that even now, as I read it again, the message reads as if it were written yesterday. I would not update anything. It describes the most burning controversy in the study of Nostradamus.

Who is the third and final Antichrist he foresaw?

Is he alive among us today?

Nostradamus is unique among prophets foreseeing not one but three Antichrists. He gives them cryptic names. The first may have been Napoleon King (Napaulon Roy). The second (Hister), Adolf Hitler.

The third he code names Mabus. Using Nostradamus’ laws of anagram word play, there are a number of modern leaders and jihad terrorists from the Middle East as well as their chief adversaries – two modern American presidents – whose names can be decoded from Mabus. Whether they are intended or not by Nostradamus, the four principle candidates are Saddam Hussein, G.W. Bush, Osama bin Laden, and the current US president, Barack Obama. The latter even has a member of his cabinet who is named “Mabus”. Secretary of the Navy Ray Mabus to be exact, who is quite busy with a naval standoff with Iran in the Persian Gulf.

Secretary of the Navy Ray Mabus.

See how each man, even those recently killed, have each become suspects in prophecy’s police line up for a future Antichrist by clicking on Mabus.

3. The Last Pope and the Last Pope Revisited

Pope Benedict XVI is aging. He is in his mid-80s and was seen rolled into Christmas Midnight Mass held at 10 pm because of his age. There have been rumors that he might step down as Vicar of Christ for over 1 billion Catholic believers, though I doubt he will relinquish the throne of St. Peter. What is a mathematic certainty is the days of Benedict XVI are numbered. With his passing, we enter the most important period in Catholic Prophecy. We will witness a new pope ordained who the Medieval Irish prophet, St. Malachy foretold will be the last pope before Judgment Day.

Pope Benedict XVI.

It is said that St. Malachy in 1148 listed 111 successors to the throne of St. Peter, naming each with a cryptic Latin motto. For instance Pope Benedict’s predecessor, John Paul II, is called De labore solis (from the Sun’s Eclipse). John Paul was born in 1920 on a solar eclipse and interred in his tomb under St. Peter’s Basilica in 2005 on the day of a solar eclipse.

Pope Benedict was foreseen as De gloria olivae (from the Glory of the Olive). Catholic monks of the Benedictine order had anticipated a pope from their ranks would rule during the times of the Apostasy (crisis of faith) for the Catholic Church – this Christian sect’s version of the Tribulation before the Apocalypse. Though Cardinal Ratzinger took on the name of St. Benedict as pope, he is not actually from that holy order; however, there is a sect of Benedictines charged with preparing the world for the apocalypse as foretold by Jesus Christ on the Mount of Olives. They are known as the Olivetans (Olivae). Thus it is believed that the reign of Pope Benedict marks the beginning of the tribulations of the Church. One need only recognize the great sexual abuse scandal rocking Benedict’s Church these days and wonder if it is a sign of this. Especially when evidence mounts that Benedict before he was crowned successor to Pope John Paul was actively engaged in suppressing evidence of priests sexually abusing young boys around the world.

Benedict’s name and destiny is hidden in the 111th motto of St. Malachy. After him comes the Last Pope, mysteriously named after the first Bishop of Rome, Petrus Romanus (Peter of Rome). His name appears in St. Malachy’s coda to his prophecies – a vision that may be only months or a few years away:

During the last persecution of the Holy Roman Church, there shall sit Peter of Rome, who shall feed the sheep amidst many tribulations, and when these have passed, the City of the Seven Hills [Rome] shall be utterly destroyed, and the awful Judge will judge the people.

Read more about Malachy’s complete list of predictions, click on papal prophecies. Also check out further information about the future of Pope Benedict and the coming Pope Peter of Rome, click on Last Pope.

John Hogue (23 January 2012)

PS – If you resonate with what you read here at Hogueprophecy.com, I would like to invite you to join my free HogueProphecy Bulletin. With this newsletter you will be the first to know when a new article is posted here and when I will be appearing on national and international radio and television shows, or when I may be giving lectures and leading meditation seminars in your corner of the world. Sign up here.

PSS – Meditation is the core of my work at Hogueprophecy. Meditation is the bridge built in the eternity of the present to a golden future for humanity. If you would like, I can freely send you information and links to the meditations I use. Contact Me.


Monday, 30 January 2012

Jacques Halbronn’s Theory



Halbronn’s Researches are marked by a new methodology in three points.

1 the title of the editions does not necessarily correspond to their content.,

2 the dates of edition do not either correspond to the real time of publication

3 the author which is given is not necessarily the right one.

By doing that, Halbronn proposes a radically new approach of the Nostradamus corpus, of its chronology. He does not think that the Centuries were published during the life of Nostradamus and besides that Nostradamus is the author of the so called Centuries. Therefore, his chronology is the chronology of forgeries and it has to be established as such. Halbronn proposes several criteria of dating, two of them being the coronation of the French King Henri the 4th (1594) and the death of his son, Louis the 13th (1643). The time of the League is according to him the time when the centuries have been produced and published, that is not before the middle of the 1580s decade. He gives importance to IV, 46 as corresponding to Tours, which symbolises the enemy of the League, a quatrain not yet present in 1588’Rouen edition.. Just before that time, Halbronn sees a revival based on the re-edition of the quatrains of the almanacs, classified in “centuries”, one by year , those quatrains being not by Nostradamus either but by some secretary making verses from his prose predictions. Halbronn gives a great deal of importance to publications of the 17Ith Century, as the English translation of 1672, as the Antoine Besson (Lyon, circa 1691). He believes that their content corresponds to the first formulation of the Epistles to Cesar and to Henri the 2nd, which have been preserved. He underlines the fact that the very first edition of the prophetical quatrains was not organised in centuries (see Daniel Ruzo description of the 1588 Raphal du Petit Val edition, copy to day not available), which will show that the Macé Bonhomme 1555, divided in centuries, is by no means the first.For Hallbronn, the title “Grandes et Merveilleuses Prédictions” did not originally correspond to the same content as the title “Prophecies” but referred to a supposed commentary that Nostradamus would have made of the quatrains, century by century, as Halbronn understands from a compared study of the versions of the Preface to Cesar. Halbronn gives importance to the iconographic approach and shows that the images used for the 1555 and 1557 editions were taken, by mistake, by forgers from false editions images of his almanacs and do not correspond to the images of his authentic Prognostications that he did publish in the 1550s.

    Sunday, 29 January 2012



    Thanks to Jacques Halbronn I made available to download the pdf of the following book:

    Cantique Spirituel et consolatif A Monseigneur le Prince de Condé. Avec un écho sur l'adieu du Card. de Lor. Plus la déclination des Papes, contre pronostication à celle de Nostradamus
    Publication : Reims, 1561
    Cote et fonds: Notice n° : FRBNF33278738

    Below the main page:


    Below the direct link (2 Mega)



    Perry (Oops!), Nostradamus and the Strait of Hormuz


    As my Oracle likes to remind me, it is good at picking winners of presidential elections, lousy at picking losers. Back in a blog posted in June (click on Rick Perry) I anticipated the advent into the arena crowded with Republican candidates of the Great White Tea Party Hope from Texas, Governor Rick Perry, about two months before it happened. I wrote Sarah Palin and Michelle Bachman would be out of the running several months before Palin ended her political coy ploy and quit before getting into the presidential race. I also said Michelle Bachman, going strong in June 2011, would have vanished, and I would add today that she did politically died with a “whimp-er” after New Hampshire. I also said in June 2011 that Newt Gingrich would be out of the race long before the Republican Convention held in Tampa, Florida, in early September 2012. There is still life in his “anybody but Romney” campaign in South Carolina, giving Newt Gingrich as slim victory on 21 January.

    It really does not matter. I always felt Romney would be one of the last two candidates standing. But events are ever the judge of predictions. Yesterday, Governor Perry heeded Gingrich’s call to rally conservative votes against Romney by leaving the race. He endorsed the former Speaker of the House. Back in June, I predicted Perry would still be in the race with Romney and would win the nomination on a conservative surge. That was wrong.

    Well, as Governor Perry famously would say, “oops!”

    I have much better luck picking winners of presidential campaigns by popular vote, such as Nixon over Humphrey in 1968 by a half million votes, Nixon over McGovern in 1972, Carter over Ford (1976), Reagan over Mondale (twice, 1980 and 1984). Nevill Drury, you still owe me a spaghetti dinner in Sydney Australia, next time I am there. That was the bet. I picked H.W. Bush over Dukakis in 1988 and you believed it was impossible.

    I did write in 1983 for the Rajneesh Times a forecast foreseeing Reagan as a two-term president. H.W. Bush would follow as a one-term president. After him would come a two-term democrat president in 1992. That turned out to be Bill Clinton, who went on to win a second term.

    The Bush-Gore contest in 2000 generated my oracle’s most cryptic message that many of you heard on Coast to Coast AM and the Jeff Rense programs before the election. The message was, Al Gore would win over George W. Bush by 500,000 votes but I was going to be “equally right” and “equally wrong” about Gore. Well, as it turned out Gore did win by a half-million popular votes but was denied the presidency by five votes out of four in the US Supreme Court over the ballot counting dispute in Florida.

    Hogueprophecy was born around that time and since then I have documented the presidential victories of G.W. Bush over John Kerry in 2004 and Barack Obama over John McCain by around 8 percent of the popular vote in 2008.

    Now, when you look at this record of accomplishment of 11 and 0, there is enough to make both Democrats and Republicans angry at my predictions picking candidates they do not want in the White House. So, when I say once again what I have been forecasting since January 2009 that Barack Obama will win a second term, do not think I am saying that with prophetic bias. If the prediction upsets you, look at your own expectations and biases when judging the guy who accurately forecast Republican victories in seven out of eleven presidential contests.

    Anyway, I like to take risks and I often play the “Pick the Loser” prophetic game even though I do it with mixed results. Despite Gingrich’s surge in South Carolina, other primaries are coming with more national impact. Moderate Republicans are still alive and well in the GOP. After the Super Tuesday primaries, Romney will seize the lead and never look back. Romney will be running against Obama for 2012. You can read why the stars and the economy favor Obama for re-election as well as many more details about the 2012 Presidential Election by reading Predictions for 2012.

    Now to Iran…

    As promised, I want to share a fascinating prophecy from the 16th-century seer, Michel Nostradamus that predicts a showdown in “Carmania” the 16th-century name for the northern coast of the Strait of Hormuz. This is the narrow passage where a third of all global oil exports pass. This is the waterway the Iranian Navy threatens to block if economic sanctions being considered by Washington DC cripples Iran’s only significant export resource. The US Navy has also warned that any attempt to close the Strait of Hormuz would cross a red alarm line and there would be military action in reaction.

    So, with that said, I wish to quote a passage I wrote in early 2007 for my e-Book, Nostradamus: The War with Iran.


    The End of the Islamist Dream?

    10 Q31
    The holy empire will come into Germany,
    The Ishmaelites will find open places:
    Asses will also want Carmania,
    The supporters all covered by earth.

    Carmania is a Persian territory on the northern shore of the Strait of Hormuz. Since Nostradamus wrote this, nothing historically significant has taken place there until recent times. We have to keep our eyes open for the French word sainct (“holy,” or “sacred”). Nostradamus hides his blasphemies from the Church inquisitors by playing off a Gothic “s” or “ƒ” for either “s” or “f.” Just like you can turn “friend” into “fiend” Nostradamus takes swipes at the Catholic Church by hiding fainct (false) behind ƒainct (sacred). This time around the false religion is that brand of Islam worshipped by terrorists. The “false” holy or fundamentalist fanatics, like al-Qaeda’s leader, Usama bin Laden, dream of establish- ing an intolerant Caliphate across the Islamic world. It was the al-Qaeda cell in Hamburg, Germany, that financed and planned the September 11 attacks on America in 2001.

    The Ishmaelites (read: the Arabs of al-Qaeda) find “open” spaces in Germany to base a war of terror on Europe and the US.

    Line three shifts attention to Iran, to Carmania, the northern coast of the Strait of Hormuz where so much of the world’s oil exports pass and can be so easily cut off. The asses is Nostradamus’ general condemnation of the Islamic fundamentalists of Iran, near past and future. Their brand of fearful, grim, Saturnian Islamist ideology will land its adherents inside white shrouds of Islamic burial. It predicts also the final burial of Usama bin Laden, or Ahmadinejad, or Ayatollah Khamenei’s or any other Jihadists’ mad hateful dream of a totalitarian theocratic world Caliphate. The war with Iran will initiate the beginning of “their” ideology’s end in naval suicide attacks across the waters of the Strait of Hormuz.


    Join our free Hogueprophecy bulletin and I can send you a notice when new articles matching current events with prophetic trends are posted on this page. Sign up here.

    This is the last weekend you can receive the special advanced donator’s edition of Predictions for 2012 before its worldwide release.

    John Hogue
    (20 January 2012)


    Saturday, 28 January 2012

    La coexistence de centuries d’almanachs et de centuries posthumes sous la Ligue

    2 La coexistence de centuries d’almanachs et de centuries posthumes sous la Ligue.
    Toute publication est une réécriture qui tend à masquer, à refouler son processus de formation. Avec les Centuries, nous avons la chance de pouvoir prendre connaissance d’une complexe série d’états successifs avant que cela ne débouche sur un ensemble définitivement cristallisé. En ce sens, les documents dont nous disposons ou dont nous pouvons raisonnablement supposer l’existence en tant que chaînons manquants constituent un corpus singulièrement intéressant qui dépasse largement le champ considéré au regard de la création littéraire. Comme pour les calculs des astronomes, il arrive que certaines perturbations ne puissent s’expliquer que par la présence d’un objet non encore recensé mais dont on doit supposer l’existence. En l’occurrence, nous serons conduits à admettre l’existence d’un autre jeu de « centuries », ce qui constitue un diptyque, autour de la question : qu’est ce qui est qualifié de « centurie » et là encore on aura à distinguer entre le mot et la chose, le contenant et le contenu.
    Dans le présent texte, nous essaierons de suivre l’évolution qui conduisit de la « Prophétie de Nostradamus » - puisque tel est le titre qui fut donné au départ – comme l’atteste le contenu sinon le titre de l’édition de Rouen Raphaël du Petit Val 15888- non encore divisée en centuries à ce qu’on appelle généralement le « premier volet » à sept centuries des Prophéties de M. Michel Nostradamus. Il apparait que l’on aura commencé par la thèse d’une édition posthume de textes encore jamais imprimés –expression qui s’est maintenue dans nombre d’éditions de l’époque, puisque le premier volet porte la mention « dont il y en a (ou dont il en y a ) trois cens qui n’ont encore jamais esté imprimées », ce qui renvoie non pas à des centuries mais à des quatrains, point important puisqu’au départ l’ensemble n’était pas encore réparti en centuries, ce qui explique que l’on n’ait pas un compte rond et que des centuries soient « incomplètes » ou le soient restées un certain temps. L’expression « non encore imprimé » aurait du, d’ailleurs, empêcher de se développer la thèse de la réédition. 9. Nous montrerons notamment que le mot « centurie » ne fut pas initialement employé pour désigner les centuries que désormais nous appellerons « posthumes » mais bien pour les almanachs parus du vivant de Nostradamus. De même, le terme « prophétie » s’il renvoie à des quatrains ne concerne pas nécessairement les quatrains posthumes.
    Au départ, les quatrains posthumes n’auraient pas été rangés en centuries. Toujours est-il que l’on finit par passer à une centurisation des quatrains, comme en témoigne la même édition de Rouen 1588, où on nous parle d’une division en quatre centuries, sans que le contenu corresponde. A partir de là, selon la thèse posthume en vigueur alors, on allait rajouter des quatrains et des centuries encore non imprimés – ce qui rend fort improbable la possibilité qu’une édition à 10 centuries ait pu exister dès 1568 car pourquoi, dans ce cas, n’y aurait-on pas eu recours, au moins pour le premier volet ?
    Comment fut réalisée cette augmentation du « capital » centurique ? En « terminant » la centurie IV, qui passerait ainsi comme cela ressort des marques additionnelles des éditions parisiennes de la Ligue, de 53 à 100 quatrains et, pour faire bonne mesure, en ajoutant encore une centurie qui serait la cinquième. Il est difficile de savoir si le stade d’’une édition à 5 centuries a existé ou bien si l’on débordé, dans la foulée, sur une sixième centurie « incomplète ».
    Ce que l’on sait, par le contenu des éditions parisiennes datées de 1588-1589, c’est que la centurie VI ne parut pas d’entrée de jeu sous une forme « pleine ». Le seuil de 71 quatrains fut certainement un stade qui fut atteint. On ne le connait cependant que par une édition présentant déjà un supplément aux dits 71 quatrains, et qui, fort maladroitement, s’intitule septième centurie, alors même que la numérotation des quatrains est continue, jusqu’au 83 e quatrain. C’est donc une fausse septième centurie. Les 12 quatrains ajoutés vont d’ailleurs faire long feu, ce qui indique une certaine vigilance de la part des éditeurs et constatant qu’ils avaient été empruntés aux quatrains des almanachs de Nostradamus pour l’an 1561, ce qui était évidemment un moyen commode pour faire du vrai Nostradamus et ce qui est un aveu d’imposture. Le procédé avait été utilisé par Barbe Regnault, dans ses faux almanachs de Nostradamus, qui recyclaient des quatrains des années précédentes.
    1. Comment avait-on retrouvé les quatrains de l’almanach pour 1561 et comment avait-on dans un deuxième temps détecté le procédé ? Vu que les almanachs étaient depuis le temps devenus introuvables, d’autant qu’il s’agissait de textes que l’on ne conservait pas forcément du fait de leur caractère ponctuel ? Il faut rappeler qu’avait été constitué un Recueil des Présages Prosaïques, que Chavigny avait envisagé de publier dès 1589 et qui, malgré son titre, comportait également les quatrains, classés année par année. Les éditeurs troyens du siècle suivant placeront les dits quatrains en annexe sous le titre suivant : « Autres quatrains tirez de 12 soubz la Centurie septiesme dont en ont esté rejectez 8 qui se sont trouvez es Centuries precedentes », en fait il ne s’agit pas de « centuries « mais d’almanachs à moins que les quatrains des almanachs aient été eux-mêmes classés en « centuries », ne contenant chacun que 12 ou 13 quatrains. Cela permettrait d’expliquer une formule de Du Verdier dans sa Bibliothèque (Lyon, Honorat, 1585) : « Dix centuries de prophéties par Quatrains ». En fait paradoxalement, il semblerait que l’on se soit d’abord servi du terme « centurie » pour les quatrains prophétiques des almanachs avant de s’en servir pour les quatrains posthumes non connectés systématiquement à des dates, qui seront par la suite connus sous le nom de « Centuries ». ...On peut penser que c’est « douze » centuries et non pas dix qui aurait convenu, vu que l’année 1556 n’est pas représentée, ce qui correspond aux années à quatrains de 1555 à 1567. L’alternative, c’est bien entendu l’édition 1568 à dix centuries, dont nous avons dit que son existence même aurait rendu tout le processus que nous décrivons parfaitement inconcevable.. Par la suite, d’ailleurs, les présages seront bel et bien intégrés au sein du canon nostradamique, du moins tout au long du xVIIe siècle sous le titre « Présages tirez de ceux faictz par M. Nostradamus es années 1555 & suivantes iusques en 1567 » et classés selon 12 années. On notera que le mot centurie (qui a donné centurion), dans l’armée romaine a fini par couvrir un nombre très différent des cent éléments qu’il signifie étymologiquement.
    2. L’incident de l’almanach 1561 ayant été résolu, l’on compléta la centurie VI au moyen de 17 quatrains et celle-ci fut même scellée par un avertissement latin. On ne renonça pas pour autant à une VIIe centurie, laquelle vint à son tour s’ajouter, ce qui est mentionné au titre des éditions parisiennes de la Ligue : 39 articles additionnées à la « dernière centurie ».mais auparavant, cette centurie VII avait connu une progression plus modeste, qui est attestée par Rouen Pierre Valentin, non datée et Anvers St Jaure 1590, à 35 quatrains seulement. On peut toujours supposer que des quatrains ont été supprimés mais nous en resterons à l’idée selon laquelle on n’a cessé d’en rajouter, hormis le cas évoqué du « rejet » des quatrains de l’almanach pour 1561. Mais dans ce cas, le titre des éditions parisiennes avec « 39 articles » correspondrait, en dépit de leur date d’édition, à un état postérieur à celui de l’édition Anvers 1590. Cela peut surprendre mais nous avons montré que toute édition centurique doit être décrite d’une part quant à son titre, de l’autre quant à son contenu. On aura donc pu observer que le terme « centurie » ne renvoyait pas nécessairement à 100 quatrains puisque la centurie IV dans l’édition dite à 4 centuries ne comportait que 39 quatrains à la Ive centurie, que la centurie VI n’en comporta un temps que 71 et qu’il y eut même une centurie VII à 12 quatrains, au sein des éditions parisiennes.
    Or, ne peut-on penser que cette centurie VII des éditions parisiennes de la Ligue ne correspondait pas peu ou prou à l’une de ces centuries de présages- en l’occurrence pour 1561- dont nous évoquions la probable existence ? Et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle fut identifiée comme telle et exclue de la série des centuries « posthumes ». On s’intéressera donc d’un peu plus près à ces 12 quatrains de la VIIe centurie, mais numérotés de 72 à 83 et donc prolongeant la Vie. Nous suivrons la description présentée par Robert Benazra (RCN, pp. 118 et seq) :
    A part le premier quatrain de cette série, soit le 72 e (non numéroté) qui correspond à VI, 31, ce qui semble, selon nous, être une bévue de la part de l’éditeur, mais qui a probablement servi à brouiller les pistes « les autres (quatrains) sont ceux qui devaient être publiés comme Présages pour l’Almanach pour 1561. » Cela va de février 1561 à décembre 1561, pour le mois d’octobre les vers sont dans un ordre différent. On notera que Benazra, à l’époque, n’avait pas accès au Recueil des Présages Prosaïques (cf. sur l’almanach pour 1561 RCN, pp. 42 et seq).
    La question qui se pose est la suivante que ne semble pas aborder Benazra : d’où les libraires connaissaient-ils les quatrains de l’almanach pour 1561. Certes, en 1594, Chavigny commentera-t-il huit de ces quatrains dans le Janus Gallicus.(cf RCN, p. 43). Mais la liste n’en est même pas complète et d’où tenait-il ces quatrains d’almanachs sinon du Recueil des Présages Prosaïques ? Est-ce lui qui a fourni aux libraires les quatrains de l’almanach pour 1561, aurait-il participé à la composition de certaines éditions. Ou bien l’information était elle accessible du fait d’une récente édition des dits quatrains, comme semble l’indiquer la notice de Du Verdier ? Est-ce que cette diffusion ne faisait pas partie de l’orchestration du revival nostradamique ? Rappelons en tout cas que le manuscrit du dit Recueil se présentait comme prêt à l’impression, avec une date et un lieu d’édition. Mais ce manuscrit n’était-il pas plutôt la copie d’un imprimé non retrouvé ? On aurait donc un diptyque constitué d’une part de « centuries » de 12/13 quatrains d’almanachs de 155510 à 1567 et de l’autre de ce qui sera par la suite « divisé » en centuries, d’abord quatre, puis six, puis sept, voire huit (cf RCN, pp. 119-120). Ce diptyque de quatrains sera commenté par Chavigny comme un tout. Il se perpétuera au xVIIE siècle et on l’ a vu il se manifeste déjà dans les éditions ligueuses de Paris.. Mais est-ce bien du Recueil des Présages Prosaïques qu’il s’agit ou bien des seuls quatrains, rangés en 12 centuries car, après tout, les quatrains ne sauraient être qualifiés de « présages prosaîques ». Peut être a-t-il existé face aux « présages prosaïques », un recueil de quatrains des almanachs, ce qui serait d’autant plus logique que dans les almanachs, on a affaire à ces deux catégories, la série versifiée dérivant, selon nous, de la série « prosaïque ».
    Avec ce diptyque s’instaurait de facto une dialectique entre la production des années 1550-1560, autour d’un premier volet et celle, posthume, des années 1580 et suivantes, autour d’un second volet. Par un processus de contamination, le second volet va se retrouver décrit comme contemporain du premier, par le jeu des éditions antidatées, ce qui allait casser la dualité. Qui sait si le maintien de deux volets dans les éditions centuriques ne réfère pas quelque part à ce diptyque ? Tout se passe comme si la production posthume avait été scindée en deux pour maintenir la mémoire du diptyque car lors de l’intégration des centuries VIII-X, on aurait fort bien pu éviter de produire deux volumes séparés.

    8 Cf D. Ruzo , Le testament de Nostradamus, ed. Rocher, 1982, p. 282, ouvrage paru l’année qui suivit le succés du livre de Jean-Charles de FOntbrune, chez les mêmes éditeurs., Nostradamus historien et prophéte.
    9 On connait une édition des Prophéties par le libraire troyen Pierre chevillot, portant la mention « trouvez en une Bibliothèque délaissez par l’Autheur »,(BNF 7365, RCN, pp. 172-173)
    10 Les quatrains pour 1555 paraissent dans la Pronostication pour 1555, ils n’apparaissent dans les almanachs qu’à partir de 1557.



    I update the page http://www.propheties.it/1568to1599.htm adding the book:


    Les grandes et merveilleuses predictions de M. Michel Nostradamus, dont il en y a trois cens qui n'ont encores iamais esté imprimées : esquelles se voit representé vne partie de ce qui se passe en ce temps, tant en Fra[n]ce, Espagne, Angleterre, que autres parties du monde
    Publisher: A Anvers : Par François de Sainct Iaure, 1590
    Physical desc.: [72] p ; 16 cm. (8vo)
    Note: Signatures: A-M 4 (M4 blank)
    Held by: University of London - ULRLS

    BENAZRA Pag.127 - CHOMARAT 149 - RUZO59 - GREGORIO 1590-002

    You can download the pdf file (45 Mega)



    Friday, 27 January 2012

    What will happen during The Warning


    Tuesday, January 24th, 2012 @ 11:36 pm

    These are two messages received by Maria Divine Mercy in 2011 with details as to what will happen during The Warning. Many people have been asking us to remind them of the key messages relating to the actual event.

    The skies will open up during The Warning

    Monday, May 23rd, 2011 @ 02:30 pm

    My dearly beloved daughter you are suffering the torment that I endure for the sins of man. This is what it feels like. Now you are glimpsing just a tiny fraction of My suffering which I face every minute of your day. There is nothing to fear, My daughter about The Warning.

    The Warning will be a dramatic event

    It will shock many people in the world as it will be a dramatic event where the skies will open and the flames of Mercy will shoot up across the world. For many people will not understand what is happening. So shocked will they be they will mistakenly think that they are witnessing the end of the world. Tell them to rejoice when they witness My Glory for this, if you are properly prepared for it, will be the most spectacular example of My Mercy since the day of My Crucifixion. This, My children, will be your saving grace and will prevent those who would otherwise have been condemned from entering the depths of Hell.

    All My children everywhere must warn lost souls as to what to expect. Urge them to seek reconciliation by confessing their sins now. It is important that as many people as possible are in a state of grace beforehand as they may not survive this event due to shock. Far better to witness this Divine Spectacular event first rather than being unprepared at the final day of Judgement.

    Keep strong all of you. Rejoice if you are a devout follower for you will be shown a glimpse of My Divine Presence which your ancestors never saw during their lifetime. Pray for the rest of My children. Tell them the truth now while you can. Ignore their scorn for should they take action now by praying for the forgiveness of their sins they will thank you after this great miracle takes place.

    Go now in peace. Do not be fearful. Just pray for those souls with no faith so they do not die in mortal sin.

    Your Divine Saviour Jesus Christ

    Two comets will collide, My cross will appear in a red sky

    Sunday, June 5th, 2011 @ 04:30 pm

    My dearly beloved daughter time is near. The Warning is close now. It is with great sorrow that I must tell you that many souls will not heed these messages about The Warning. My word falls on deaf ears. Why won’t they listen? I am not only giving them My great gift of Mercy when I will shower My graces over the whole world, I am also trying to prepare them for this event. Many millions of sinners will rejoice when they are shown My great mercy. Others won’t get a chance to redeem them selves in time because they will die of shock.

    My daughter you must do everything you can to warn the world. Because this great event will shock everyone. They will see great signs in the skies before The Warning takes place. Stars will clash with such impact that man will confuse the spectacle they see in the sky as being catastrophic. As these comets infuse a great red sky will result and the sign of my cross will be seen all over the world by everyone. Many will be frightened. But I say rejoice for you will see, for the first time in your lives, a truly Divine Sign that represents great news for sinners everywhere.

    See My cross then and you will know that My great mercy is being given to each of you, My precious children. For it was with the deep abiding love that I held for you that I died, willingly, on the cross to save you. When you see the crosses in the sky during The Warning you will know that this is a sign of My love for you.

    Pray My beloved followers that your brothers and sisters can rejoice when they, too, are shown the proof of My existence. Pray that they will accept that this is their chance to redeem themselves in My eyes. That this great act of Mercy will save their souls if they will allow Me to help them.

    You will be shown what it is like to die in mortal sin

    The Warning will be a purifying experience for all of you. It may be unpleasant in part especially for those in grave sin. Because for the first time ever you will be shown what it feels like when the light of God disappears from your life. Your souls will feel the abandonment felt by those who die in mortal sin. These poor souls who left it too late to ask God to forgive them their sins. Remember it is important that I allow all of you to feel this emptiness of soul. For only then will you finally understand that without the light of God in your souls you cease to feel. Your soul and body would be just empty vessels. Even sinners feel the light of God because he is present in every one of his children on earth. But when you die in mortal sin, this light no longer exists.

    Prepare now for this great event. Save your souls while you can. For it will only be when the light of God leaves you that you will finally realise the empty, barren and darkness that Satan offers which is full of anguish and terror.

    Replenish your souls. Rejoice now for The Warning will save you and bring you closer to My Sacred Heart.

    Welcome the Warning. For then you will be given the proof of Eternal Life and know how important it is.

    Your Beloved Saviour

    Jesus Christ

    King of Mankind


    Virgin Mary : Nuclear war involving Iran being plotted


    Wednesday, January 25th, 2012 @ 01:50 pm

    My child much is happening right now in the world as Satan's army continues to spread havoc everywhere.

    They are trying to take control of all financial institutions so they can inflict a terrible atrocity on my children.

    They, the evil group driven by lust and power are also trying to create a nuclear war in Iran.

    You, my child, must pray that God the Father will, in His great mercy, open their hearts to stop these things from happening.

    Never lose faith children because your prayers are working.

    Great evils including abortion, euthanasia, prostitution and sexual perversities are beginning to weaken in the world now.

    Pray, pray, pray my most holy rosary children in groups if possible everywhere.

    Satan is losing his power quickly as my heel begins to squash the serpent’s head.

    It won’t be long now for my Son’s arrival on earth.

    First he will give you this last chance to convert.

    Then he will prepare the world quickly for His Second Coming.

    Time is short now.

    Prayer is the weapon children to keep Satan's army from the final persecution they are planning against humanity.

    Remember that my Eternal Father will through his love and compassion protect all of you who believe in Him.

    For those who will continue to disobey Him and deny the truth of the existence of My beloved Son pray, pray, pray for their salvation.

    The time is ready. Open your hearts to the Divine Mercy of My son.

    The skies will start to change now and then all will see this great miracle unfold before them.

    Be ready.

    Prepare your homes and pray my holy rosary at every opportunity to loosen the grip of the evil one.

    Your beloved Mother

    Mother of Salvation


    A Giant Wall of Water hits California



    Thu, 2012-01-19

    A Giant Wall of Water hits California

    Urgent call to prayer
    Vision to Littlest of Servants
    January 19th, 2012

    While in Church this morning praying in front of the BLESSED SACRAMENT I received the following vision.

    I saw the coast line of SOUTHERN CALIFORNIA.
    I then saw a GIANT WALL OF WATER, a tsunami, hit the entire coast line of Southern California.
    The water continued to go inland and JESUS then spoke to me and said it would GO INLAND ABOUT A MILE.

    I then saw DOWNTOWN LOS ANGELES with all the high rise buildings.

    Header Title:

    Prophetic Voices - A Giant Wall of Water hits California

    read more

    Thursday, 26 January 2012


    I made available to download the pdf of the following book:

    An Almanach FOR THE YERE M.D.LXII made by maister Michael Nostradamus Doctour of phisike, of salon of Craux in Provence 1562.
    Cote et fonds: B. COPAC, LEEDS, Reproduction of original in the Folger Shakespeare Library Birmingham ML Spec.Coll STC1 Reel 1647:19

    Below the main page:

    Below the direct link (8 Mega)


    Wednesday, 25 January 2012

    1. Esquisse d’une phénoménologie de l’emprunt by Jacques Halbronn

    Comment identifier un corpus marqué par l’emprunt ? En principe, on ne prend conscience qu’il y a emprunt que lorsque l’on découvre la source de l’emprunt, que l’on a identifié le « prêteur », même si celui-ci n’a pas donné son consentement ou n’est pas informé. On peut alors parler de piratage, de plagiat. Mais il nous semble que la situation d’emprunt peut être constatée même en l’absence - du moins dans un premier temps - de la connaissance l’original, car il y a des stigmates, des symptômes assez caractéristiques. Prenons un exemple venu de l’économie. Si dans un pays, il y a des voitures mais aucune usine pour les fabriquer, c’est qu’elles sont importées. Il se pose donc un problème de cause à effet. On n’a pas toute la chaîne, il y a des maillons manquants dans l’enchainement conduisant au « produit », il y a discontinuité. On a un produit « fini » mais dont certaines étapes de formation font défaut.
    Quand la source est identifiée, la différence devient nettement plus flagrante. Dans le corpus-source, les articulations sont bien plus nombreuses, on suit mieux l’évolution, la progression des choses, que ce corpus se situe en amont ou en aval car un emprunt peut servir à étoffer rétroactivement un corpus plus ancien que le corpus-source. C’est là un paradoxe : l’emprunt bouscule parfois la logique diachronique et génère une aporie spatiotemporelle. Parfois, cependant, le corpus « empruntant » vient compléter le corpus « prêteur » quand celui-ci s’est corrompu ou a subi des modifications : le nombre de cas où des traductions sont tout ce qui reste d’un état d’origine est bien connu. Mais souvent, les deux corpus viennent ainsi se compléter. L’emprunt prend alors toute sa valeur pour l’historien. C’est ainsi que l’anglais actuel a emprunté historiquement à l’ancien français des tournures qui n’existent plus en français moderne, il les a perpétuées. Pour appréhender la formation d’un corpus, il est donc essentiel d’en extraire, d’en localiser les emprunts, tant ceux qu’il a effectués que ceux qu’il a subis.
    Mais que se passe-t-il quand l’emprunt est devenu méconnaissable, quand il s’est de facto démarqué de sa source ? Cesse-t-il d’exister ? Nous dirons d’une part qu’il subsiste toujours des éléments relatifs au dit emprunt, ne serait-ce que partiellement et que d’autre part, la perte de conscience de l’emprunt, notamment sous une forme à la provenance opaque, empêche le savoir en question d’évoluer, de se renouveler, du fait d’un processus d’incrustation. Un tel élément ne peut être remplacé puisqu’il est marqué par une idiosyncrasie qui le rend incomparable. Il ne ressemble à rien de connu, donc l’emprunteur est renforcé dans la fausse idée que cet élément lui est consubstantiel.
    Dans l’absolu, tout emprunteur peut faire ce qu’il veut de qu’il emprunte et lui imprimer sa marque ; mais en même temps, cela n’en restera pas moins un corps étranger et plus ou moins décalé. Il convient évidemment de distinguer ce dont nous héritons par filiation génétique, naturelle et ce que nous recevons du fait d’un certain environnement culturel venant se surajouter. Bien évidemment, toute une méthodologie est nécessaire pour débrouiller chaque écheveau, au cas par cas, mais en cela consiste le travail du chercheur dans un certain nombre de domaines.
    Quels sont les traits qui dénotent de l’existence d’un emprunt ? Le caractère discontinu du corpus qui peut certes être dû à l’existence de pièces manquantes. Si l’on identifie de telles pièces du puzzle qui font défaut à une période plus ancienne ou plus tardive, il importe de s’interroger et en tout cas de le signaler.
    Quelle est la fonction de l’emprunt ? Remplir un vide. Souvent l’emprunt sert à produire des contrefaçons d’autant qu’il est lui –même en soi une forme de faux. On a l’exemple devenu classique des Protocoles des Sages de Sion, réalisés, à l’extrême fin du XIXe siècle, à partir d’un pamphlet de Maurice Joly, paru trente ans plus tôt1. On parlera de croissance externe et non interne, comme dans le cas d’une entreprise en rachetant une autre.
    Rien n’est plus remarquable, il semblerait, que le cas où l’emprunt emprunte à un emprunteur. Retour à l’envoyeur. Or, quoi de plus tentant que d’emprunter à un corpus qui visait justement à rechercher une certaine patine du temps, que d’emprunter à ceux qui ont, par exemple, fait, sous la Ligue, du faux Nostradamus, en orchestrant sa renaissance, pour les prendre au mot ? Les pistes s’entrecroisent et l’on comprend que d’aucuns s’y perdent.
    Nous nous intéressons tout spécialement à un cas de figure assez particulier mais qui pourrait finalement apparaître comme beaucoup plus fréquent qu’on ne pourrait le croire. Il s’agirait en quelque sorte de prêts plus que d’emprunts. On prête à tel auteur des textes qu’il n’a pas écrits, on introduit au sein d’un savoir des données qui n’en font pas partie au départ. On réécrit l’histoire d’une époque en se servant d’éléments qui lui sont étrangers. Et ensuite, les historiens entérinent ce type de stratagème, ce qui fausse les perspectives.
    II Application au champ-nostradamologique».
    Dans un premier temps, les libraires de la fin du XVIe siècle récupèrent le personnage de Nostradamus (1503-1566). Mais dans un deuxième temps, les biographes de Nostradamus, dont le plus récent est Denis Crouzet (Nostradamus, Payot, 2011), récupèrent, sans en avoir d’ailleurs conscience, les éditions ligueuses des années 1580-1590, pour les intégrer dans leur représentation de la vie de l’auteur, sous le prétexte qu’existent des éditions datées du vivant de Nostradamus (1555, 1557 ou suivant de peu sa mort, 1568). Ce faisant, ils perturbent considérablement la chronologie bibliographique des éditions centuriques. Bien entendu, le biographe sérieux ne saurait tomber – et faire tomber ses lecteurs - dans certains pièges tendus des siècles plus tôt. Il devrait en tout cas prendre toutes les précautions dans ce sens et tenir compte des avertissements émanant de certains chercheurs, plus vigilants ; pour le moins, il se doit de signaler à ses lecteurs les doutes exprimés à cet endroit.
    Revenons plus en détail sur le cas des fausses éditions centuriques2, qui est un cas d’école et au sujet duquel les historiens, en ce début de XXIe siècle, continuent de s’opposer, plus de 400 ans après les faits. Nous avons deux séries :
    - une série A, constituée de diverses éditions datées – au regard des pages de titre – des années 1588 à 1590.
    - une série B, constituée d’éditions datées au vu des pages de titre - mais non du fait d’une méthodologie rigoureuse - des années 1555 à 1568.
    En apparence, la série B serait issue de la série A. En fait, c’est le contraire qui s’est produit, la série A ayant emprunté voire n’existant que par son emprunt à la série B. C’est bien là tout le débat.
    On observe que la série A, pour ce qui est des éditions 1555 (Macé Bonhomme) et 1557 (Antoine du Rosne [Budapest et Utrecht, du nom des bibliothèques qui les conservent]) comporte trois versions correspondant à des états différents ; respectivement :
    1 (1555) à 4 centuries, dont la IVe à 53 quatrains seulement,
    2 (1557) à 7 centuries, dont 99 quatrains pour la VIe, et 40 à la VIIe,
    3 (1557) à 7 centuries, dont 99 quatrains pour la VIe plus un avertissement latin, et 42 quatrains à la VIIe.
    Pour celui qui n’a pas pris ou voulu prendre connaissance de la série B, quelles observations néanmoins peut-il déjà effectuer concernant la série A ? Contextuellement, ces éditions – et mieux encore leur contenu - ne sont pas attestées, il y a là un « trou » dans la documentation historique en dépit du fait que celle-ci est relativement abondante : on dispose de dizaines d’almanachs et de pronostications tant signés Nostradamus, autant en imprimés qu’en manuscrit (Recueil des présages prosaïques, voir note 19), – y compris chez les faussaires de l’époque – que signés d’autres auteurs ; on connaît diverses attaques contre Nostradamus ; on a retrouvé des dizaines de lettres de et à Nostradamus3 (cf. Lettres Inédites, présentées et traduites par Jean Dupébe, Droz, 1983). On dispose pourtant de recensions bibliographiques comme celles de M. Chomarat (1989) et de R. Benazra (1990), très extensives, et la recherche s’est poursuivie vainement depuis 20 ans.
    Iconographiquement, ces éditions ne comportent pas les mêmes vignettes en page de titre que celles qui sont attestées dans les pronostications de Nostradamus des mêmes années 1550. Mais ces diverses vignettes ont un air de famille avec les dites vignettes authentiques et ressemblent surtout fortement à celles des faux almanachs parisiens, faussement signés Nostradamus (chez Barbe Regnault) des années 1560. On observe également des similitudes entre une pronostication (de Sconners) parue chez Antoine du Rosne en 1558 et les éditions centuriques censées parues chez le même libraire, mais là encore, des différences sensibles dans le dessin sont à constater.
    Bibliographiquement, aucune édition centurique n’est attestée, en tant que telle, du moins au regard de sa date au titre, entre 1568 et 1588. Là encore, il y a un « trou ».
    Éléments externes aux éditions centuriques cautionnant toutefois l’existence d’éditions dans les années 1550-1560 :
    - 1. Les Prophéties d’Antoine Couillard, Paris, 1556, qui reproduisent des passages du texte de la Préface centurique de Nostradamus à son très jeune enfant César.
    - 2. La mention d’une « centurie seconde » dans les Significations de l’Éclipse qui sera le 16. septembre 1559 (Paris), signées Nostradamus, comportant la même vignette normalement réservée aux Pronostications de Nostradamus.
    - 3. L’épître de Jean de Chevigny à Larcher, en tête d’un texte de Jean Dorat sur la naissance d’un Androgyn, Lyon 1570, avec un quatrain dûment signalisé selon la pratique des éditions centuriques.
    - 4. Les Prophéties à la Puissance Divine et à la Nation Française, Lyon, 1572, attribuées à Antoine Crespin4, comportant des « adresses » dont le contenu recoupe celui de dizaines de quatrains issus des dix centuries (et pouvant correspondre aux éditions Benoist Rigaud 1568 à dix centuries).
    5 La Bibliothèque d’Antoine Du Verdier, contenant le catalogue de tous ceux qui ont escrit, ou traduict en françois, & au-/ tres dialectes de ce royaume, ensemble leurs oeuvres imprimes & non impri-/ mees, l'augument de la matiere y traictere, quelque bon propos, sentence, doctri-/ ne, phrase, proverbe, comparaison, ou autre chose notable tiree d'aucunes d'icel-/ les denures, le lieu, forme, nom, & datre, ou, comment, & de qui elles ont este mi-/ ses en lumiere. Aussi y sont contenus les livres dont les autheurs sont incertains./ Avec un discours sur les bonnes lettres, servant de Preface/ Et à la fin un supplement de l'epitome de la bibliotheque de Gesner. Lyon, Barthélémy Honorat, 1585, ouvrage qui mentionne à la notice consacrée à Nostradamus « Dix Centuries de quatrains, Benoist Rigaud 1568. »
    Ces divers documents ont fait l’objet d’analyses de notre part. Dans les cinq cas, il semble bien que l’on ait affaire à des contrefaçons ou de confusions entre titre et contenu, ce qui témoigne du zèle des faussaires et/ou des bibliographes pronant l’authenticité des dites éditions au moyen de conclusions insuffisamment fondées sur la base d’un terme (prophéties, centurie, quatrain, un nom propre) auquel on accorde une signification qu’il ne revêt pas nécessairement dans le contexte. Le simple fait de trouver un quatrain dans un texte ne suffit pas à démontrer qu’existait alors une édition des centuries, dès lors que ce quatrain n’est pas référencé selon la codification canonique (tel quatrain de telle centurie. Il ne faut pas oublier en effet que les centuries ont été amenées à récupérer des documents antérieurement constitués, y compris sous la forme de quatrains. Le cas emblématique est celui des sixains de Morgard, parus vers 1600, qui vont être intégrés peu après dans le corpus nostradamique. Ce n’est probablement pas un cas unique et cela vaut pour les emprunts probables, dans les annnées 1580-1590, à un Antoine Crespin et quelques autres comme Cormopéde, tout en sachant que ces auteurs ont certainement été eux-mêmes inspirés par le modèle nostradamique, à la suite de la reparution vers 1584 des quatrains des almanachs de Nostradamus. C’est la fable de l’imitateur imité. Dans le cas de Crespin, c’est vraiment saisissant. Que l’on songe que ses Prophéties, datées de 1572 comportent une première adresse au Roy commençant ainsi : « Estant assis de nuict secret estude, seul reposé sur la selle d’arain, flambe exigue sortant de solitude, faict proféré qu’il n’est à croire vain », ce qui correspond au quatrain (I, 1) lequel inaugure l’ensemble des livres centuriques. On sait que ce quatrain est inspiré directement ou non de Jamblique.5. Le mot Branches du quatrain qui fait suite, évoque le personnage de Branchos, autour de la question des oracles. Mais le quatrain, quant à lui, sous la forme qui est la sienne semble bien être de Crespin et aurait donc servi pour la fabrication du premier groupe de quatrains, dont nous savons (cf l’édition de Rouen 1588) qu’il n’était pas encore classé en centuries et donc pas encore numéroté de la façon qui s’imposera par la suite.
    Il ne faut pas oublier que si ce sont de fausses éditions tardives datant de la période « B », elles ont été vraisemblablement réalisées à partir de données empruntées à ce qui tourne autour de Nostradamus, de son temps, notamment en ce qui concerne la dimension matérielle. C’est ce qui vient singulièrement compliquer la recherche.
    Bien évidemment, si le chercheur qui ne connaissait que la série A prend connaissance de la série B, d’autres réflexions ne sauraient manquer de se présenter à son esprit, s’il est de bonne foi. En effet, la série B comporte des chaînons manquants dans la série A.
    On observe l’existence de chaînons intermédiaires entre 1555 et 1557 :
    • des éditions Paris 1588 qui comportent l’indication d’une addition après le 53e quatrain qui termine l’édition Macé Bonhomme,
    • les mêmes éditions comportent en leur titre, mais pas en leur contenu (ce point ayant été éclairci par nous ailleurs) l’annonce d’une addition pour 1561 de 39 « articles » à une « dernière centurie » qui ne semble pouvoir être autre que la VIe, se terminant par l’avertissement latin : Les Prophéties (..) reveues & additionnées par l’Autheur pour l’an mil cinq cens soixante & un de trente-neuf articles à la dernière centurie.
    - l’édition Anvers 1590 qui comporte 35 quatrains à la VIIe et qui semble donc précéder l’édition 1557 à 40 quatrains à la VIIe,
    • tout cela viendrait donc s’intercaler entre l’édition Macé Bonhomme 1555 et l’édition Du Rosne 1557 Utrecht, comportant l’avertissement latin entre la VIe et la VIIe centuries (cette dernière à 42 quatrains à la VIIe), bien entendu, nous simplifions ; mais on observe, sur cette base, qu’étrangement l’édition 1557 serait « postérieure » à l’édition 1561 puisqu’elle comporte déjà les quatrains de la VIIe Centurie. Comment expliquer un tel phénomène ? Un revirement dans la politique des libraires, préférant in fine produire des éditions antidatées abouties et qui l’auraient été dés 1557 voire dès 1555, si l’on en croit les dernières lignes de l’édition 1590 Anvers, à 7 centuries, se référant à une édition 1555 comparable, non retrouvée. Inversement, les éditions antidatées viennent elles-mêmes compléter la chronologie des éditions ligueuses dont elles sont très vraisemblablement issues. Notons l’observation de Patrice Guinard (in « L’appareil iconographique des éditions Macé Bonhomme » (site Espace Nostradamus. N°135) : « L’édition d’Anvers, à sept centuries, ne peut reproduire une édition de 1555 qui n’en contenait que quatre. ». C’est révélateur d’une méthode qui consiste à réduire le corpus nostradamique aux exemplaires qui nous sont parvenus.
    Conclusion : de la responsabilité des historiens
    On peut raisonnablement se demander si les principaux complices des faussaires ne sont pas les historiens qui reconstituent le cours des choses à leur façon ou plus largement si ce n’est pas le regard rétrospectif qui fausse quelque peu les perspectives. Il est bien probable qu’au départ, et c’est assez flagrant dans le cas de l’astrologie, il ne s’agissait que d’ajustements de l’astrologie à telle ou telle imagerie liée au contexte dans lequel elle était reçue – et l’on sait que l’astrologie a traversé les périodes et les cultures les plus diverses. Mais précisément, en restant par trop marquée par son passé, elle devint de moins en moins capable de s’adapter à de nouvelles époques, c’est probablement cela son drame et la cause de sa marginalisation, du fait de la sclérose de ses emprunts qui n’étaient plus reconnus comme tels. Il suffit d’interroger de nos jours les astrologues pour constater qu’ils sont terriblement attachés à ce qui n’aurait dû faire sens que ponctuellement. Certes, il est des astrologues qui ont tenté de se démarquer, mais ils n’ont fait le travail qu’à moitié, conservant notamment un découpage numérique qui les empêchait de procéder à des emprunts plus modernes, devant ainsi se contenter de demi-mesures. On ne se sert plus du nom des signes ou des planètes mais on garde néanmoins les 12 secteurs et l’on prend en compte toutes les planètes, passées, présentes et à venir. Ce qui est excusable de la part d’astrologues ou de nostradamologues qui ne sont historiens que d’occasion, l’est beaucoup moins, en revanche, chez des historiens «professionnels » qui devraient montrer l’exemple. Or, le problème actuel, dans les domaines en question, c’est de noter à quel point les historiens de métier commettent les mêmes bévues que les apprentis historiens apologètes et somme toute produisent des textes du même ordre, les uns s’accompagnant d’une riche bibliographie, les autres échouant à replacer les choses dans leur contexte ; quitte à se référer à des périodes plus tardives que celles du corpus considéré, dans la mesure même où l’emprunt peut aussi bien viser le passé que le futur quand il est réalisé après coup. Car ce qui est assez étrange, ici, c’est que l’on contracte ainsi des emprunts a posteriori, pour le compte de personnes qui n’en demandaient point tant. Aussi bien l’astrologie que Nostradamus auront souffert, l’un comme l’autre, d’une « modernité » appliquée rétroactivement. Or l’historien tend trop souvent, encore de nos jours, à croire que l’on ne peut emprunter qu’à ce qui existe déjà et non à ce qui est encore à venir. Mais le passé n’est-il pas une reconstruction permanente, qui se nourrit d’un certain anachronisme ? Il y a là, en tout cas, un obstacle épistémologique dont il faut absolument prendre conscience. Si Nostradamus s’est vu ainsi doté d’éléments biographiques fantaisistes et contrefaits qui sont venus éclipser sa vie réelle, au point que certains auteurs6 n’hésitent pas à lui dénier le titre d’astrologue, au vu des seules Centuries, qui sont l’arbre qui empêche de voir la forêt. L’astrologie, quant à elle, n’est plus perceptible sinon à travers le prisme zodiacal, à travers le panthéon mythologique, à travers le thème natal, dont les historiens s’accordent à ce qu’il émerge tardivement dans son « évolution », autant de facteurs qui sont venus se greffer sur elle et qui semblent en être indissociables, au point d’empêcher de saisir l’astrologie en son noyau dure, en son « tronc », ce qui hypothèque son statut scientifique. Dans le cas de Nostradamus, en principe, il semble relativement aisé de faire la part des choses, au vu des documents qui nous sont parvenus, mais il reste que ceux-ci cohabitent avec des contrefaçons comportant les mêmes dates, sur la base notamment des épîtres qui les introduisent (Préface à César, 1555, Adresse à Henri II, 1558). Dans le cas de l’astrologie, les choses sont plus complexes du fait qu’il est plus délicat de dégager le point de départ, sauf à considérer que c’est tout simplement le système solaire. D’aucuns ont cru y trouver la solution à cette problématique des origines, mais la solution semble bien être devenue le problème. Certes, dans l’absolu, l’astrologie est née d’une certaine approche de l’astronomie, on peut même dire qu’elle a « emprunté » à l’astronomie ce dont elle avait besoin mais avant toute chose, l’astrologie est une réflexion sur le cosmos, et plus spécifiquement au départ sur le cycle soleil-lune, connu de très longue date, bien avant que l’on apprenne à distinguer entre planètes et étoiles qui ne faisaient qu’un dans les représentations les plus anciennes. De là est née, selon nous, une numérologie liée à l’écoulement du temps, autour de certains nombres, dont le principal fut probablement le 7 (d’où son importance dans l’Ancien Testament : Sept jours de la Création, respect du repos du septième jour, alternance sept ans et sept ans, etc.). Certaines coïncidences semblent avoir introduit quelque confusion : le découpage du cycle annuel en 4 saisons est-il un fait en soi ou est-il calqué sur les quatre temps du rapport lune-soleil, l’importance du septénaire (luminaires plus cinq planètes) n’est-elle pas tributaire de ce nombre 7, étant donné que les luminaires ne sont pas de même nature que les planètes ? On a vite fait d’inverser les rapports et de placer au départ les saisons et les planètes. Or, il nous semble que c’est là littéralement un contresens. Quand on a compris que le 7 est le paradigme d’une numérologie, l’on comprend alors que l’on soit allé chercher le 7, le moment venu, quand le phénomène planétaire fut mis en évidence, du côté de Saturne, en tentant de faire de cette planète, la plus lointaine connue jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, une sorte de Lune supérieure, parcourant un tapis d’étoiles fixes. Que l’on ait été tenté de « structurer » son parcours en recourant au nombre 12, qui était déjà à la base du rapport lune-soleil, quoi d’étonnant si ce n’est que là n’était pas l’essentiel. En cela, une telle division ne constitue pas une structure matricielle de l’astrologie7 mais un facteur de structuration qui n’existe que par ce à quoi il s’applique, lequel facteur peut être remplacé par d’autres – comme le dispositif des maisons qui n’était pas nécessairement à 12 secteurs mais à 8, surtout lorsqu’il n’est plus maîtrisé au niveau de sa dimension cyclique pour ne plus être qu’une suite de « symbol

    1 Voir notre ouvrage Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle, Feyzin, Éd. Ramkat, 2002.
    2 Voir notre post-doctorat sur la Naissance de la critique nostradamique au XVIIe siècle, EPHE, Ve section, 2007, accessible sur le site propheties.it/Halbronn/ (cf. note 5).
    3 E.-P.-E. Lhez, « Aperçu d’un fragment de la correspondancce de Michel de Nostredame », Provence historique, 1961, p.117 et ss. – Jean Dupèbe (éd.), Lettres inédites, Genève, Droz, 1983.
    4 Cf . nos Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Feyzin, Éd. Ramkat, 2002.

    5 Les centuries de Nostradamus: ou, Le dixième livre sibyllin

    Par Raoul Auclair
    6 Voir Anne Barbault, Introduction à l’astrologie, Paris, Albin Michel, 1985, p. 39.
    7 Cf. Patrice Guinard, Le Manifeste, site Cura.free.fr